Les différentes justifications possibles à un refus de substitution d’un médicament ?

Il existe trois justifications possibles pour le prescripteur :

  1. En cas de prescription de médicaments à marge thérapeutique étroite, afin d’assurer la stabilité de la dispensation.
  2. En cas de prescription réalisée chez les enfants de moins de 6 ans, lorsqu’il n’existe aucune forme galénique adaptée parmi les médicaments génériques et que le médicament de référence disponible ne permet cette administration.
  3. En cas de prescription pour les patients qui présentent une contre-indication formelle et démontrée à un excipient à effet notoire présent dans tous les médicaments génériques disponibles, à la condition évidemment que le médicament de référence ne comporte pas lui-même cet excipient notoire.

De quelle manière le prescripteur doit-il mentionner son refus de substitution ?

Lorsque l’une des trois conditions précitées est satisfaite, le prescripteur doit le mentionner sur l’ordonnance “non substituable “, soit de manière manuscrite, soit sous forme informatisée, et ce pour chaque médicament concerné et chaque situation médicale.

 

Dr Moussa DIEDHIOU

Pharmacien

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on telegram
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même Rubrique ...